Partagez | 
Barmy, l'interne des internesVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Patient interne
Messages : 6
Profession : Explorateur en terre cochon
Avatar : Belphegor de Kateikyoushi Hitman REBORN!

MessageSujet: Barmy, l'interne des internesDim 3 Aoû 2014 - 22:51



















Luli dit « Barmy » Talleyrand
NOM : Talleyrand
PRÉNOM(S) : Luli, les autres l'appellent Barmy
ÂGE : 25 ans.
DATE DE NAISSANCE : Mois d'avril 159.
MÉTIER : Aucun métier ni aucun niveau d'étude.
GROUPE : Interne.
MAIN : Droitier, bien qu'ils utilisent en général ses mains un peu n'importe comment.
SIGNE DISTINCTIF : Les yeux invisibles et toujours planqués sous des mèches de cheveux épais. Plutôt petit. Perd régulièrement l'équilibre. Est extrêmement fin hors de l'onéyrn.
Derrière les façades

La douce folie envahit ton esprit et tu inspires, parce que la vie est belle

Luli cache ses yeux au monde ; ou ses yeux se cachent au monde. On pourrait prétendre qu'il a un comportement qui manque de franchise. Qu'il regarde les gens de bas, pour mieux leur faire des coups dans le dos. Ne pas voir les yeux d'une personne, c'est ne pas pouvoir observer son âme. Les gens pensent toujours qu'observer les prunelles de quelqu'un, c'est déjà un peu avoir le pouvoir sur lui. Luli sait que c'est faux. Parce que Luli, personne ne peut le soumettre à son pouvoir et il ne peut soumettre personne. Luli c'est comme observer un mirage, le fantôme d'une personne inconnue, on le voit, se doute plus ou moins qu'il ne peut être réel mais on ne peut s'empêcher d'y croire parce que qu'on sens renaître son âme d'enfant.

Pour pouvoir comprendre un minimum l'adulte-enfant (ou l'enfant-adulte), il suffit de suivre une seule règle. Le monde réel est un rêve, le rêve est le monde réel. Luli inverse les mondes, inverse les personnalités, Luli voit le monde à l'envers ainsi que les gens, il vit accroché sur le fil au lieu de marcher dessus. Il a basculé depuis si longtemps que ses souvenirs se sont évaporés ; en fait, assez étrangement, il n'a jamais voulu s'y cramponner. Luli n'a jamais eu beaucoup de tendresse pour son enfance, sa vie d'avant qu'il a oublié.

Alors aujourd'hui il est là, il vagabonde dans son monde merveilleux et utopique, il se lave de sa crasse et ce sont les cochons qui en héritent. Luli sourit, Luli rit, il discute comme une pipelette sur des sujets que personne ne comprend sauf les fantasmes de personnes que son âme a fait apparaître. Son monde suit sa logique, celle où tout un chacun peut se protéger, comme il persiste à le faire pour lui-même. Luli n'a jamais eu personne pour lui et ne s'est jamais agrippé à personne, à la recherche d'une quelconque amitié. Il pense à sa peau, à lui, il est égocentrique, il ne perçoit même pas la raison de voir les choses sous l'angle de quelqu'un d'autre. À quoi cela pourrait bien lui servir ?

Mais Luli n'est pas dangereux, vraiment, il ne crie que rarement seulement s'il est très énervé, ou que l'un des psychologues de ses rêves cherche à lui dire que ça ne tourne pas rond dans sa tête. Luli n'aime pas ça, après tout il sait mieux que les gens ce qu'il se passe dans sa tête puisqu'il s'y trouve. Il est droit dans ses chaussettes à sa façon, c'est un garçon incapable de mentir, et qui parle au fur et à mesure qu'il pense. Il ne voit pas le problème, n'en cherche pas, si pour lui vous êtes méchant ou que vous lui faite peur, il vous le dira tout simplement. Il faut penser que tout est simplifié dans la vie de Luli. D'abord lui et ensuite les autres, peut-être. Il a raison sur lui-même puisqu'il est dans son corps, et ensuite il a raison la plupart du temps pour les choses qu'il connait. Il a faim, il mange, il est triste, il pleure, il n'aime pas quelqu'un, il lui dit, on l'attaque, il mord. Il n'y a pas de longues tergiversations, son instinct répond toujours présent.
Les mémoires d'un Ephialte

Un jour, un petit garçon est né, un jour ses grands yeux vous ont regardés

Un jour le monde ira mieux. Luli le croyait, du fond de son petit cœur lorsqu'il était enfant. Alors le monde est allé mieux. L'imagination des petits est sans limite dit-on et l'Institut a toujours voulu l'étudier. Luli n'a jamais subi de grands malheurs dans sa courte vie. Juste un père absent, toujours a travaillé pour des types louches au spacio-port, un père qui gueulait sur sa femme sans jamais la frapper, parce qu'il lui restait quelques principes, et qui ignorait son fils, comme une tâche sur sa chaussure. Luli et ses grands yeux observaient, alors qu'il aurait préféré se rendre aveugle pour ignorer tout ce qu'il comprenait difficilement du haut de ses six ans. Il ignorait sa mère, muet comme un fantôme, quand il la voyait le soir au travers de l'embrasure de la porte de sa chambre, la tête renversée, entourée de verre et d'un liquide a l'adore forte et au goût atroce.

Luli n'a jamais subit de grands malheurs dans sa courte vie mais une mélancolie étrange a entouré son existence, des regrets qui ont alourdi ses jeunes et frêles. Le monde était incompréhensible pour Luli, Luli était incompréhensible pour le monde. De sa petite fenêtre, Luli voyait le monde d'East Area. Ephialt-9 a toujours été -et est toujours- une colonie calme mais il est dans la nature humaine de faire du mal. Alors Luli observait ce mal, le décortiquait mais il n'arrivait pas à intégrer cette réalité. Comme si toutes les fibres de son corps le refusait. Après tout, il était jeune, il ne percevait pas les nuances et personne n'était là pour le guider. Luli se posait beaucoup de questions, et les réponses n'arriveront que plus tard, sous une bien drôle de forme.

Luli s'est retrouvé à l'école, en classe préparatoire, en primaire, sans vraiment savoir comment ni pourquoi. Il a entendu un dispute entre ses parents, sa mère qui hurlait -pour une fois ce n'était pas l'inverse- elle parlait d'une obligation. Luli s'est demandé qui est-ce qui pouvait obligé quoique se soit à sa mère mais qui ne l'obligeait pas à arrêter de se tuer à petit feu. Cette personne était bizarre. Donc, l'école. D'autres enfants, comme ils en a déjà vu, de loin. Qui crient, rient, chantent et jouent. Luli s'est intégré auprès d'un petit groupe et il jouait dans le sable, à faire des maisons et à promener des animaux-jouets. Il parlait peu et restait assez inerte en classe. Il faisait tout ce qu'on lui demandait mais jamais plus.

Dans une colonie comme celle qu'est Ephialt-9, il faut se douter que de petits tests psychologiques jonchent le parcours des écoliers, pour trouver des talents rares pour l'Institut et sa machine, et bien sûr, on remarque aussi l'envers de la pièce, ceux qui ont l'esprit qui tanguent. Le premier, bien qu'assez tendu, s'est passé en douceur et il lui a juste été diagnostiqué une extrême discrétion et une timidité maladive. L'âge sûrement, et le fait qu'il fraye avec d'autres enfants, ont permis que son dossier ne soit pas transmis de suite à l'Institut. L'année s'est poursuivi, Luli a continué à tout observer de ses grands yeux. Le petit groupe d'amis se réduit petit à petit, les enfants sont des personnes volatiles et Luli ne réussit pas à suivre le rythme.  
Pseudo habituel : Luli me conviendra my dear !
Âge : Ah si vous saviez mes petits-enfants huhu...
Un premier avis sur le forum ? Vade retro même si je t'aime tendrement, ton code source m'a rendue folle.
Une requête ? Blop, les poissons c'est bon.
« La vie est un éternel jeu sans gagnant. »

Voir le profil de l'utilisateur
Barmy, l'interne des internesVoir le sujet précédentVoir le sujet suivantRevenir en haut
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [AIDE] Problème de mémoire interne faible
» voyage interne ..
» casting interne
» [AIDE] PROBLEME ECOUTEUR INTERNE
» [INFO] WP7 et la mémoire interne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le formu test du furet magique ::  :: Fichage des individus-