Partagez | 
❛❛ Fight ! Keep holding on ! ━ Victoire.Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

avatar


MessageSujet: ❛❛ Fight ! Keep holding on ! ━ Victoire.Mer 13 Aoû 2014 - 16:44


   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
Millefiore Victoire
NOM: Millefiore.
PRÉNOM: Victoire.
ÂGE : j'ai 25 ans, déjà au quart de ma vie, c'est dur de vieillir.
DATE DE NAISSANCE : je suis née un 25 juillet en l'an 159 de l'exode spatiale.
MÉTIER : milicienne aux forces d'exécution, chef !
GROUPE : dans la logique des choses, j'appartiens au groupe milice.
MAIN : bien que j'use de mes deux mains pour n'importe quelles situations, j'écris bel et bien de la main droite, donc je suis droitière.
SIGNE DISTINCTIF : je suis atteinte d'une légère myopie, je porte donc des lunettes, mais j'ai la fâcheuse manie de les casser... Cela doit être ma dix-septième paire que j'ai du bricoler trois-quatre fois !
Look at me !
❛❛ I like my coffee black...
05:00
Une musique retentit. Le genre de musique qui donnerait envie de danser. C’est le réveil et il sonne tôt, vraiment tôt. En même temps, les miliciens luttent pour faire régner la  justice et la paix. Les grâces matinées pour nous ? Ce n’est même pas en rêve ! Faut se bouger, prendre la forme et l’énergie pour la journée ! Ne pas hésiter à faire une petite séance de sport avant le déjeuné. Et c’est ce que je m’encourage à faire chaque matin avant de partir de chez moi avec l’esprit tranquille pour aller bosser. Quelques abdos, quelques pompes - je veux dire par là environs trois cent - on m’a souvent dit que je suis ultra dynamique dès le matin, rien qu’à sentir mon aura de combattante et la bonne humeur qui émanent de moi, cela en est même fatiguant pour certains de mes collègues. Mais il va falloir faire avec !


05:30
C ’est bon. Après m’être bien défoulé à mon temps sportif, je file à la cuisine pour me prendre un verre d’eau et prendre mon repas de la matinée. Il me reste des pâtes à la sauce au fromage de hier soir, je suis tellement nulle en cuisine que c’est la seule chose potable que j’arrive à faire… Je les mange d’un air enjoué, car malgré tout, c’est quand même mangeable et agréable en bouche. Après avoir terminé mon casse-croute, je me hâte vers le jardin où une mademoiselle la tortue, surnommée Pache, attends sa traditionnelle réserve de salade et d’eau fraiche pour la journée.


05:45
C ’est l’heure d’aller sous la douche, j’ai tellement sué, que j’en ai bien besoin. Je retire mon haut blanc qui me sert de chemise de nuit. J’aperçois ma silhouette de un mètre soixante-dix - plutôt moyenne pour une femme comme moi - dans le miroir. Les seules formes féminines que je possède sont presque dissimulées par ma douce musculature, car oui, je suis musclée mais, n’exagérons pas, je ne suis pas une bodybuildeuse, je suis juste une femme qui essaye de ne pas faire comme les autres, à savoir, rester douce et frêle. Je plonge alors mon corps nu dans un jet d’eau frais et légèrement fort qui se projette du plafond juste au moment où j’ouvre la porte de la douche.


05:50
Je sors en passant une serviette tout autour de moi. J’enfile vite fait de banals sous-vêtements puis je sèche ma longue chevelure couleur châtaigne à l’aide d’un appareil implanté au mur à ma droite. Il suffit simplement de tâter une de ses touches tactiles pour le faire fonctionner. Mes cheveux enfin secs, je les attache, à l’aide d’un élastique, en queue de cheval. Bien entendu, des mèches folâtres refuseront toujours de rester en place sur mon crane. Je rajoute alors une paire de lunettes à la structure plutôt épaisse et sombre, sur mon nez. Les verres agrandissent très légèrement mes yeux bruns débordants de flammes de détermination. Je retourne ensuite dans ma chambre pour enfin mettre mon uniforme de travail.


06:00
Quelqu’un sonne à la porte. C’est mon voisin, Léandre, un charmant jeune homme que je connais depuis toute petite. Depuis récemment, nous nous sommes fiancés. Déjà pleine d’enthousiasme pour aller lui ouvrir la porte, je passe par le salon, mais je remarque sur le mur du fond, là où se trouve ma collection d’armes blanches, qu’un petit couteau de jet a du accidentellement tomber par terre. Je me précipite pour le remettre à sa place afin de ne pas perdre de temps pour foncer à la porte d’entrer. Il m’attend sagement et m’adresse un sourire attendrissant. Encore une bonne chose pour être motivée de la journée qui va se passer !

Listen to me !
❛❛ It's like the game of building blocks...
Pas plus haute qu’une poubelle, une touffe châtain claire ébouriffée qui recouvrait les deux quarts de ma tête, un petit nez en trompette et deux dents de lait en moins. Oui, c’était moi, ce bout de choux très agaçant dès ce si jeune âge.

« J’veux jouer avec vous ! » Piaillais-je.
« Mais on veut pas de toi la niaise ! » Répondait Alexi, un de mes frères, en me poussant.

Qu’est-ce que je pouvais me sentir à part à mes quatre ans lorsque je tentais de trainer avec mes grands-frères. Et oui, j’étais la seule fille, celle que nos parents avaient toujours voulu avoir depuis longtemps. C’était pour cela qu’ils m’avaient donné ce prénom. Victoire. J’étais une fierté pour eux, déjà bien avant ma naissance. Et au départ, mes cinq frangins, eux, ils prenaient leur distance avec moi. Et bien, c’est du joli ! Je vais leur montrer moi de quoi je suis capable. Supporter ces cinq têtes brûlées, ce n’était pas très évident, mais pourtant cela avait bien fait de moi une demoiselle au caractère bien trempé. Alors au final, ils m’avaient accepté parmi eux. Fallait bien que je fasse mes preuves.

Puis ils avaient commencé à me former pour devenir la pire des renardes. A cinq petites années à peine, j’arrivais à entourlouper les plus grands, tout cela afin d’obtenir ce que je voulais.

C’était Joseph qui m’enseignait tout, l’ainé de mes frères, il était âgé de quatorze ans. Derrière lui, avec deux ans de moins, David. Il était de nature plutôt calme et laconique, mais toujours présent pour me donner de très bons conseils. Cedrik, qui avait le double de mon âge à cette époque, c’était une fusée. Un vrai fou ! Toujours le premier à vouloir foncer pour faire une bêtise et je prenais parfois exemple sur lui. Mais avec Alexi, c’était plus dur. Il avait quatre ans de plus que moi, et il m’enviait énormément car c’était les trois ainés qui prenaient soin de moi, mais aussi d’Ian, qui avait sept printemps, un âge plus proche du mien. Ce dernier était plus timide et même en tant que petite sœur, il m’arrivait de le protéger.

Qu’est-ce qu’on formait une belle équipe ! Bien que les bagarres entre les grands et Alexi, commençaient à devenir plus habituels. Malgré les hauts et les bas de mon enfance, j’ai toujours apprécié ces moments. Ils m’ont permit d’être telle que je suis actuellement. Et c’est pour cela que je les remercie de tout mon cœur.




À mes huit ans, j’avais rencontré Léandre, l'enfant de nos voisins d'à côté, bien plus qu’un simple ami ou qu’un simple complice, c’était lui le garçon que j’appréciais le plus. Lui et personne d’autre, car on se comprend tellement. Notre rencontre était plus que banale. Une rencontre de gamins. On ne peut pas dire que c’était romantique - vu qu’il s’agit actuellement de mon fiancé - mais c’était une anecdote plutôt sympathique.

Une tête blonde de dix centimètres de moins que moi, était tombée maladroitement par terre après avoir trébuché contre un petit obstacle. Je m'étais approchée du garçon en lui tendant la main. Lorsqu'il avait levé ses yeux bleus plein d’innocence vers moi, un gros sourire exagéré s’était dessiné sur mon visage.

« T’as fait une belle chute dis donc ! » Riais-je d’un air taquin.
« J’ai pas fait exprès… » M’avait-il répondu en se grattant le bout du nez.
« Et bien, tu feras attention la prochaine fois… Euh… Tu es ? »
« Léandre. Je m’appelle Léandre Nubeverde. »

Je riais car je le trouvais vraiment adorable à côté de moi, une fille si énergétique et influencée par ses grand-frères. Un vrai contraste entre nous deux, mais cela ne nous n’empêchait pas de parfaitement bien nous entendre.

« Victoire !! » Criais-je en gardant ce sourire à pleines dents sur mon visage.
« Victoire… ? »
« Bah oui patate, c’est mon prénom ! » Répliquais-je.

On avait rit, tout les deux en même temps, comme des petits farceurs, et après l’avoir aidé à se relever, j’avais absolument envie de jouer au commando avec lui. Il était partant, et cela contrasté encore plus avec son visage d’ange.




Lorsque j’allais sur mes quinze ans, à l’école, les professeurs me complimentaient dans mon travail d’équipe et ma façon de motiver les troupes. Toujours la première en ce qui concernait les cours de sport, je battais même les garçons les plus costauds de la classe que cela soit en lutte, en course et même en jeu de collectivité, mes équipes ne perdaient jamais grâce à moi en tête. J’étais même un modèle pour les filles. Tout le monde trouvait que j’étais quelqu’un de bien, cela en était presque embarrassant… Je m’entendais assez bien avec eux, mais cela n’allait pas au-delà de l’amitié. Je n’avais que Léandre comme seul véritable ami.

C’est aussi à cette époque que je trouvais que je ne voyais pas tellement clair. Les détails au loin des paysages me paraissent assez flous. J’ai donc commencé à porter des lunettes, mais impossible de les garder intactes avec une fonceuse comme moi !

La même année, Léandre m’avait présenté son petit frère, Istvan, un gamin plutôt grincheux et un poil capricieux. Il avait toujours regardé son ainé bizarrement et c’était déjà à partir de ce moment là que je ne le sentais vraiment pas. Et j’avais bien raison. Une vraie peste ! C’était bien pour cela que je lui riais au nez, pour accentuer le ridicule de ses actes envers Léandre. Dommage, car j’avais presque l’impression de revoir Alexi en lui, mais en bien pire. Si seulement ce genre de frère pouvait être interdit par la loi, on serait bien tranquille…




L ‘institut. Je ne connaissais pas grand-chose de ce mystérieux laboratoire. Mais plus Joseph, mon frère ainé, continuait à le fréquenter, plus je me posais des questions sur l’institut. Je devais avoir dix-sept ans, me semble-t-il ?

« Hey, Jo’, ça consiste en quoi en fait, ce labo ? J’espère qu’ils n’étudient pas des trucs trop louches… Je m’y suis jamais intéressée, et pourtant, cela fait partie de notre colonie. Allez, racontes-moi tout ! »

Un rire léger, le sien, résonnait autour dans la cuisine. Mon frère se servait un café au moment où je le harcelais de questions et d’explications. Il m’avait donné une tasse juste avant de s’installer à mes côtés.

« T’as rien à craindre frangine. C’est un labo vraiment sympathique, et leur principal but, c’est d’étudier les rêves. »
« Les rêves ? Wouh… Dis donc, ça doit être vachement cool ! » Répondais-je en sirotant mon café.
« En effet, c’est pour cela que je me porte volontaire en tant que patient semi-interne. Tu devrais essayer tiens ! »
« Moi ?! Oh, tu sais, je pense plutôt que je vais suivre une formation pour devenir milicienne. Je veux protéger notre colonie moi ! »

Je m’étais mise à chantonner, très décidée à faire ce que j’avais en tête. Mais mon ambition avait finit par évoluer… Il avait suffit d’une seule chose pour que mon objectif soit plus pousser que d'entrer dans une simple formation. Je voulais être milicienne pour protéger les Ephialtes et donc, fermer l’institut. Pour cela, je n’avais pas le seul choix que de prendre la place du plus fort. Celle du généralissime en personne ! Pour quelle raison ? Alors que Joseph semblait tellement enthousiasme lorsqu’il me parlait de ce laboratoire ? Si seulement il n’avait pas disparut… Je ne me serais pas tellement inquiétée. C’était notre mère qui nous avait annoncé qu’on ne le reverrait plus.

« Soyez forts... Comme à votre habitude… C’est dur, mais va falloir faire avec. » Disait-elle comme si on était à un enterrement.
« Mais… J’comprends pas ! Qu’est-ce qu’il s’est passé en fait ?! De tout ce qu’il m’avait racontait de l’institut, ça paraissait vraiment bien ! Ça le motivait tellement !! » M’écriais-je.
« Sœurette… Joseph est juste devenu un patient interne. » Répondait David, en tentant de garder son calme.
« Est-ce que… Est-ce que c’est grave ? »
« Aucune idée… mais il n’a plus le droit de quitter l’institut désormais… » Concluait ma mère en baissant la tête.

Que s’était-il passé ? Je n’en savais rien... Mais j’étais sûre de moi : il se trame des choses là bas. De grands secrets qui ne sont sûrement pas très bons à savoir… C’était pour ce même motif que j’avais décidé de faire des études d’histoire, en parallèle à ma formation, pour en apprendre plus sur les origines de notre colonie.

En faisant des recherches sur internet, j’étais tombée sur une demoiselle qui partageait mon avis sur l’institut. Rose Svenguard. Nous avions beaucoup communiqué via les réseaux sociaux. Et ce n’était pas que ce point en commun qui nous avait rapproché toutes les deux. Je la trouvais vraiment sympathique, c’est pour cela que j’ai décidé de la rencontrer en face à face et dans un café.

Je lui avais raconté tout ce qui était arrivé soudainement à mon frère ainé. Elle avait vite compris que cette affaire avait énormément touché ma famille et moi-même surtout. Puis nous étions partis sur des conversations plus intimes. C’était bien la première fois que je me faisais une amie en dehors de Léandre. Toutes les deux, nous nous étions promis de nous revoir. Notre après midi de bavardage et de fous rires m’avait redonné le moral et ma détermination habituelle...


■ ■ ■

Assise sur le canapé, je suis en train de lire sur une fine tablette numérique, le brouillon d’un futur livre de Léandre. Et oui, ce charmant jeune homme a désormais vingt-deux ans et mise à part sa carrière de milicien, il est également un célèbre écrivain. Avant d’envoyer son manuscrit à son éditeur, il me demande toujours de lire son travail. C’est moi qui ai le droit à une avant première de ses romans ! Ne soyez pas trop jaloux chers fans…

Son écriture, très appliquée, a réussit à me bouleverser. Je ne dois pas nier qu’il est vraiment doué pour faire tenir ses lecteurs en haleine. Moi la première, bien évidemment. Après avoir terminé la lecture, je referme le manuscrit numérique d'un simple effleurement de mon index contre l'écran tactile et j’observe la première page où le titre est écrit en majuscule.

« Dystopia par Icare Lewis… Un pseudonyme très significatif. » Lui dis-je, l’ombre d’un sourire malicieux aux lèvres. Je lui rends ensuite la tablette digitale puis je lui donne un petit coup amical sur l’épaule. « Bon travail, comme toujours ! »
« Merci beaucoup. » Me répond t-il dans un léger rire agréable.

Je me retourne ensuite, prête à rentrer chez moi, même si c’est la porte d’à côté. Je le salue chaleureusement en insistant sur le fait que j’ai très hâte de le revoir demain au boulot. Bien sûr, on travaille toujours ensemble, sans aucune exception. Notre façon de faire a toujours été plus qu’efficace. Normal, on est toujours sur la même longueur d’ondes. On partage les mêmes pensées, parfois les mêmes goûts. Léandre est vraiment un homme bien. L’homme parfait à épouser.

Sur ces derniers mots d’au revoir, il se lève d’un coup, presque caricatural, comme dans une pièce de théâtre et m’annonce avec conviction :

« Tu sais Victoire. Cela serait vraiment bien qu’on se marie tous les deux. Enfin, je dis cela par principe. Tu es une femme parfaite à mes yeux. Et c’est fort probable qu’on fasse des choses formidables ensemble dans le futur. Je veux t’aider dans tes projets ! Comme je sais que tu feras de même pour moi. Alors, faisons-le.  »

Je suis resté figée un instant face à cette soudaine demande puis j’ai rigolé de toutes mes forces. Pourquoi faut-il toujours qu’il pense aux mêmes choses que moi et aux mêmes moments ?

« Ah Léandre… Tu as toujours les mêmes idées que moi… Ainsi, notre merveilleux duo sera encore plus idéalisé. C’est pour cela que j’accepte sans hésiter. »

Cela peut paraître étrange qu’on ne décide pas comme les autres, dans les traditions les plus précises. Mais c’est ce qui rend ma vie originale. C’est bien pour cela que je la chérie énormément. Malgré les mauvais passages, tout comme les bons…

Pseudo habituel : Yonaka.
Âge : 21 ans.
Un premier avis sur le forum ? coup de cœur. ♥
Une requête ? frapper embrasser Léandre pour moi, c'est de sa faute si je suis là. ♥
   
« Yare yare daze. »

Invité

avatar


MessageSujet: Re: ❛❛ Fight ! Keep holding on ! ━ Victoire.Ven 15 Aoû 2014 - 1:06

Et voilà,
Pardonnez-moi pour ce double poste, mais je préviens juste que je viens de finir ma fiche. J'espère avoir bien compris le personnage, en tout cas, j'ai été très inspirée. ♥


avatar

Messages : 88
Profession : PNJ de la colonie à plein temps.

MessageSujet: Re: ❛❛ Fight ! Keep holding on ! ━ Victoire.Ven 15 Aoû 2014 - 11:08

Tu es des nôtres !

Bravo, tu es validé ! L'ensemble est tout à fait correct. Cela devrait aller, logiquement. Le personnage dans tous les cas m’apparaît compris, ne reste qu'à la voir sur la durée tenter de monter les échelons avec sa volonté ! Fais tout de même attention à garder en tête que Victoire est assez redoutable, qu'elle ne se laisse pas écraser notre grande ambitieuse.

Maintenant tu peux faire aller réserver ton avatar dans le bottin) pour qu'il n'appartienne qu'à toi, puis aller entretenir des liens avec les autres Ephialtes. N'hésite pas non plus à demander un RP. Puis tu peux aussi nous rejoindre au café du coin ou sur la chatbox ; et si tu as des questions, c'est toujours du côté du bar des voyageurs. Bon séjour parmi nous !



EDIT : ouh làlà on va devoir modifier le vert des miliciens nous.

Voir le profil de l'utilisateur http://furetmagik2016.forumactif.org
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ❛❛ Fight ! Keep holding on ! ━ Victoire.


❛❛ Fight ! Keep holding on ! ━ Victoire.Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantRevenir en haut
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quotations Fight
» Bleach 325: Fear for the fight
» Premiere victoire - In harm's way - 1965
» [FIGHT] GoogleChrome vs Mozilla Firefox
» Remake A nous la Victoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le formu test du furet magique ::  :: Fichage des individus :: Individus fichés-